Historique

Chronologie du Groupe Zuber-Laederich (*)

1851 : création de la SNC Zuber Rieder et Cie pour créer une fabrique de papier à Mulhouse-Ile Napoléon, exploitant pour la 1ere fois en France, un brevet anglais pour fabriquer du papier en bobine.

1873 : devenue allemande, la SNC devient société en commandite par actions. Elle a construit une seconde usine de pâte à papier à Sausheim près de Mulhouse. Une fabrique de papiers fins verra le jour en 1881 dans le Doubs, à Torpes, pour conserver un pied en France alors que l’Alsace est devenue allemande.

1910 : construction d’une centrale électrique à l’Ile Napoléon pour mécaniser les machines de la papeterie.

1914 : la guerre éclate, le groupe alsacien est coupé de son usine de Torpes.

1928-1934 : modernisation de la papeterie de l’Ile Napoléon et fermeture de l’usine de Sausheim.

1944-1945 : l’usine subit de lourds dommages de guerre, mais son activité reprend dès 1946.

1951 : Zuber Rieder et Cie devient une SA et est introduite en Bourse.

Années 80 : la situation de l’entreprise et de l’industrie du papier se dégrade, la famille Zuber fait appel à des relais financiers allemands notamment et perd le contrôle du groupe. Pour survivre, la société cède des actifs et se restructure.

La société Laederich, entrée au capital de Zuber Rieder au milieu des années 70, renforce progressivement sa position dans le capital de Zuber Rieder et investit en parallèle dans le capital de plusieurs entreprises industrielles en Alsace, en tant qu’actionnaire de référence chez Manufacture Muller, en tant que Business Angel régional (Schaeffer et Cie, Schaeffer engineering, Emanuel Lang Textiles, Aubert, Riby, …).

1989 : Suite à la prise de contrôle de Zuber Rieder par la société Laederich, les 2 sociétés fusionnent et donnent naissance à Zuber-Laederich. Le groupe ainsi constitué poursuit son déploiement, il achète les sociétés Dollfus et Noack, Colmant Cuvelier, Etablissements Magnette notamment. L’usine de papiers de Torpes devient la SA « Papeterie Zuber Rieder SA », cédée en 2000 à ses dirigeants. L’usine et le patrimoine foncier de Laederich à Mulhouse sont achetés par la municipalité pour y construire le bâtiment « La Filature », Scène Nationale culturelle importante en Alsace.

Jérôme Koch intègre le groupe fondé par son père Gérard.

Années 90 : Le groupe investit et aménage des friches industrielles  à Mulhouse (Cité Parc Glück : parc d’activité tertiaire de 20.000 m2) à Kingersheim (Tival : aménagement et lotissement pour la construction de 20.000 m2 d’habitation) Il réalise également des opérations d’aménagement et de lotissements de terrains à vocation économique et commerciale à Illzach, d’habitation à Heimsbrunn, en partenariat avec les municipalités.

1995-2000 : Zuber Laederich cède pratiquement tous ses actifs textiles et ses participations financières minoritaires.

1996 : Fusion des sociétés Dollfus et Noack et Manufacture Muller qui deviennent Dollfus Muller

1997 : la société, cotée en bourse, la quitte  et se recentre sur sa vocation patrimoniale familiale. Jérôme Koch succède à son père à la tête de l’entreprise.

Années 2000 : Le groupe gère ses actifs et se redéploie progressivement dans l’immobilier en achetant différents sites immobiliers de grande taille en Alsace, pour les transformer en site à vocation industrielle et logistique. Par ailleurs, elle poursuit son soutien et ses investissements dans ses filiales industrielles Dollfus-Muller et Colmant-Cuvelier.

(*) D’après le CRESAT « Histoire documentaire de l’industrie en Alsace au 20ème siècle » et éléments fournis par Jérôme Koch